Entreprises représentées par les CCE

AGENDA

14 Décembre 2018

Réunion du Comité Gabon

Lieu: Libreville - Salle du Conseil de Total Gabon

Heure: 14 heures 30 minutes


08 Décembre 2017 

Réunion du Comité Gabon

Lieu: Libreville - Salle du Conseil de Total Gabon

Heure: 14 heures 30 minutes

 

12 Décembre 2017

Rencontre avec les bailleurs de fonds multilatéraux et le FMI

Lieu: Libreville - Résidence de France

Heure: 11 heures

Accueil
puce Accueil

Rapport & communiqué de la Banque Mondiale: Assombrissement des perspectives économiques

 

La croissance mondiale redescendra à 2,9 % cette année en raison de l'affaiblissement du commerce et de l'investissement

Il faudrait que les pays émergents et en développement rétablissent des marges de manœuvre macro-budgétaires et stimulent la productivité pour soutenir la croissance

WASHINGTON, 8 janvier 2019 - La croissance économique mondiale devrait fléchir cette année pour passer d'un taux (révisé à la baisse) de 3 % en 2018 à 2,9 % en 2019 dans un contexte d'accentuation des risques de détérioration des perspectives. C'est la conclusion de l'édition de janvier 2019 des Perspectives pour l'économie mondiale publiées mardi par la Banque mondiale. Les échanges commerciaux internationaux et l'activité manufacturière mondiale faiblissent, les tensions commerciales restent vives et les marchés financiers exercent de fortes pressions sur certains grands pays émergents.

Selon les Perspectives, la croissance devrait tomber à 2 % cette année dans les économies avancées. Dans le même temps, le ralentissement de la demande extérieure, l'accroissement des charges d'emprunt et la persistance de l'incertitude en matière de politiques publiques devraient peser sur les perspectives des marchés émergents et des économies en développement. Dans ce groupe de pays, la croissance économique devrait rester stable cette année, mais à un taux de 4,2 % plus faible que prévu.

On observe une stagnation de la reprise dans les pays exportateurs de produits de base parallèlement au ralentissement de l'activité dans les pays importateurs de ce type de marchandises. En 2019, la croissance ne suffira pas à réduire l'écart de revenus par habitant avec les économies avancées dans environ 35 % des marchés émergents et des économies en développement et dans 60 % des pays confrontés à des situations de fragilité, de conflit et de violence.

Lire la suite...

LE COMITÉ GABON DES CONSEILLERS DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE LA FRANCE EN DEUIL

Le Président du Comité Gabon des Conseillers du Commerce Extérieur de la France ainsi que tous les membres du Comité, très affligés par le décès brutal le 03 décembre 2018 de Luc DI FRANCIA, Membre du Comité depuis le mois de janvier 2010, Directeur Général de CETEX, Expert auprès des Tribunaux, adressent à ses enfants Hugo et Laura, à sa compagne Grâce OGANDAGA et à sa famille si durement éprouvée, leurs condoléances les plus attristées et s’associent à leur profonde douleur.

Petit déjeuner entre les CCEF Gabon et le Représentant Résident du FMI au Gabon

Ce 5 décembre 2018 le Comité Gabon des Conseillers du Commerce Extérieur de la France, organisait pour ses membres un petit déjeuner d’échanges avec le Représentant Résident du Fond Monétaire International au Gabon, M. Marcos POPLAWSKI RIBEIRO, accompagné de son Économiste, Mme Justine LEKOGO.

Au terme de la troisième revue menée par le FMI, M. POPLAWSKI a fait un rappel du cadre de la mission du FMI ainsi qu’une présentation détaillée de l’évolution, jugée favorable, de la situation au Gabon en relation avec les objectifs arrêtés lors de la conclusion de la deuxième revue. Des signes encourageants à bien des égards et des perspectives de croissance qui ont permis à l’auditoire de reprendre confiance.

 

Rencontre interculturelle: Les sumotoris chez CFAO MOTORS GABON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lundi 28 mai 2018, CFAO MOTORS GABON, a eu l'honneur d'accueillir dans ses locaux une délégation japonaise de SUMO.

En partenariat avec l' AGAKADO JKA, association faisant la promotion des arts martiaux japonais au Gabon, CFAO Motors Gabon par l'intermédiaire de son Directeur Général M. Denis Zappulla a souhaité la bienvenue à la délégation japonaise de SUMO qui ont participé le week-end écoulé à la grande nuit des arts martiaux organisée par l'AGAKADO JKA et dont CFAO AES Gabon était l'un des sponsors.

« Le choix de sumo pour nous est un clin d'œil particulier car le groupe CFAO appartient aujourd'hui à un groupe japonais qui s'appelle TTC.

Cette opportunité de recevoir les sumotoris, c'est la tradition japonaise qui se mêle aujourd'hui à la modernité gabonaise est pour nous une réelle chance », a indiqué M. Denis Zappulla.

Pour entretenir ses hôtes, CFAO Motors Gabon a pour l'occasion donné l'opportunité à un artiste peintre gabonais, en la personne de Patrick Louembet d'exposer certaines de ses oeuvres dans son show room Mitsubishi.

L'exposition durera trois semaines et s'étalera du 28 mai au 15 juin 2018.

DIEGO VAZ : TREE TO BAR ARTISAN CHOCOLATE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

More than 4800 kilometers separate the Basque Country (France) from São Tomé and Príncipe, a confetti of islands off the coast of Africa. Yet there is a tasty link that brings them together: chocolate.

In 2016, at the "Salon du chocolat", the major chocolate convention in Paris (France), the French chocolate maker Olivier Casenave, won the award for the best dark chocolate bar, sedu­cing the demanding jury, with his work on the 75% Sao Tomé Diogo Vaz - Amelonado bar.

Read more.

Rencontre entre le comité Gabon des Conseillers du Commerce Extérieur (CCEF) avec la Direction de l’École de Mines et de la Métallurgie de Moanda (E3M)

participants rencontre CCEFG-E3M
 Une vue des participants à la présentation

 

Dans le cadre de ses activités, le comité Gabon des Conseillers du Commerce Extérieur (CCEF) a organisé le 28/11/17, une rencontre avec la Direction de l'École de Mines et de la Métallurgie de Moanda (E3M), afin de mieux connaître l'offre pédagogique de cet établissement dont le fonctionnement repose sur un partenariat public privé (PPP) scellé entre l'Etat gabonais et la société COMILOG (Groupe ERAMET).

E3M forme aux métiers de la mine et de la métallurgie : des diplômés gabonais et plus largement des Africains francophones initialement diplômés.

Les programmes proposés visent à former des ingénieurs de spécialité et techniciens aux meilleures technologies du secteur incluant une dimension environnement-sécurité.

A l'issue de la présentation, les échanges entre le DG, le Directeur des Etudes de E3M et les CCEF ont permis de mettre en perspective la souplesse de cet établissement à recevoir des collaborateurs d'entreprises du secteur privé dans le cadre de la formation continue pluridisciplinaire.

Cette rencontre s'est tenue dans les locaux mis aimablement à disposition par la Direction Générale de la SETRAG.

 

 

La tradition du Beaujolais nouveau n’a pas de frontière!

La tradition du Beaujolais nouveau n'a pas de frontière, la preuve ! Dans la célèbre capitale du Gabon, Monsieur l'ambassadeur Dominique RANAUX et son épouse ont très chaleureusement reçu les membres des CCEF. C'est dans la belle enceinte de la résidence de l'Ambassade de France que nous avons dégusté et échangé autour d'un remarquable buffet de victuailles typiquement françaises : charcuterie et plateau de fromages incomparables ! Juste ce qu'il fallait pour accompagner ce dernier cru dignement fêté entre amis. Nos très honorables serviteurs étaient très heureux de partager cette cuvée qui, selon les avis de chacun, avait un gout de fruits (évidemment) rouge ou plutôt de bananes donc jaune ... et plus tard dans la soirée, sa saveur est passée de très doux à presque ... acidulée ....

 

Bref, vivement l'an prochain pour ce moment festif et tellement agréable !

Rencontres sur les technologies du numérique à Libreville

Rencontres sur les technologies du numérique à Libreville
 M. Thierry BLIN Chef du Service Économique près l'ambassade de France

 

Ces « Rencontres » organisées par Business France et le Service Economique de l'Ambassade de France à Libreville, les 16 et 17 novembre 2017, ont mobilisé le Comité Gabon des CCEF en accompagnement de la mission d'entreprises ayant fait le déplacement pour prendre part à ces deux journées d'échange.

Les entreprises AZIM Consulting, SURTELEC, EVOLUCARE et SUMMVIEW, encadrées par Business France, ont eu de nombreux rendez-vous au cours de ces deux journées, qui leur a permis, par ailleurs, de découvrir l'écosystème du numérique au Gabon, servi aujourd'hui par l'atterrissement dans ce pays du câble de la fibre optique ACE permettant à tous les Gabonais d'accéder facilement à l'Internet grâce au passage à un réel haut débit.

Ministre d'Etat, Ministre de l'Economie numérique
 M. Alain-Claude Bilie By Nzé: Ministre d'État, Ministre de la Communication, de l'Économie Numérique, de la Culture, des Arts et Traditions chargé de l'éducation Populaire et de l'Instruction Civique

 

 

Rencontres sur les technologies du numérique
 M. Dominique RÉNAUX, Ambassadeur de France au Gabon

 

L'ouverture de ces  « Rencontres Numériques » s'est déroulée le 16 au matin à l'Institut Français du Gabon le 16 novembre, en présence de M. Alain-Claude Bilie By Nzé, Ministre d'Etat, Ministre de l'Economie numérique . Les sociétés Axione qui exploite et commercialise la fibre optique au Gabon et GVA (Vivendi) qui développe un projet de fourniture internet appelé FTTH (fiber to the home) ont notamment présenté leurs activités. Total Gabon a aussi témoigné de son implication dans le secteur au travers du concours qu'elle organise, Total Startupper, qui vise à stimuler la création de startups.

 

Le numérique est une des priorités de notre diplomatie économique. Le Comité Gabon des CCEF s'est associé à la nouvelle édition de la « Lettre du Club France » consacrée au sujet.

 

Pour télécharger le Lettre du Club France cliquez ici

OLAM dans tous ses Etats !

Présent dans 70 pays, 23.000 collaborateurs, 19.4 milliards $ US de chiffre d'affaires fin 2014 témoignent d'une croissance de 21.5%.

OLAM traite 44 matières premières dont 14.9 millions de tonnes de produits agricoles sur 2.100 millions d'hectares ...

Cantonnons-nous au Gabon où OLAM transcende effectivement ses limites :


GSEZ PORT DE COMMERCE GÉNÉRAL
:

En cours de construction avec un avancement à 60% pour un coût total de 158 milliards CFA investis sur 18 hectares génèrent plus de 300 emplois, 690 mètres de quais, 4 silos d'une capacité de 10.000 tonnes, 4 cuves de 8.000 tonnes de stockage réservées à l'huile de palme ...


GSEZ PORT MINERALIER :

En cours d'aménagement sur 45 ha divisés en 2 zones d'activité : 25 hectares consacrés aux produits minéraliers et 20 hectares dédiés au transit d'agrégats, à la transformation de bois ou au stockage de ressources. Ce port génèrera à lui seul la création de 300 emplois directs et 1.000 emplois indirects.

 

OLAM PALM GABON :

Depuis 2012, c'est 43 498 ha divisés en 3 lots, plantés de 5.4 millions de graines de palmiers à huile. L'inauguration de l'usine construite sur place produira 45 tonnes/h. d'huile dès début 2017 pour atteindre à court terme 90 tonnes/h.

Et pour en finir avec les chiffres, 734 km de pistes, 4.800 employés dont 23% de femmes, 2.480 logements, 6 écoles, 30 dispensaires, des centres de formation spécifiques etc.

Les plantations de palmiers à huile et usines de transformation d'Olam au Gabon sont certifiées RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil), un label international basé sur une multitude de critères et sont les premières dans toute l'Afrique à l'avoir obtenu. Cette certification a pour objectif de promouvoir la croissance et l'utilisation d'une huile de palme respectant des critères très précis de durabilité. Elle s'applique à toutes les étapes de la transformation de l'huile de palme, de l'élaboration jusqu'à sa distribution. C'est une distinction qui assure une huile Olam qui répond aux attentes et normes des marchés internationaux.

Vendredi 18 novembre 2016, 13 des CCEF (Conseillers du Commerce Extérieurs Français) du Comité Gabon ont observé l'ampleur des réalisations, l'avancée effective des travaux et des investissements dans le secteur portuaire, agricole et industriel engagés par le groupe OLAM au Gabon.

C'est dans un contexte et dans des conditions exceptionnelles, accompagnés de Monsieur GAGAN GUPTA, CEO et responsable pays, que les dirigeants des principales entreprises françaises implantées au Gabon ont été témoins de ce déploiement de moyens mis en œuvre pour l'obtention de résultats prometteurs.

Après une visite théorique et des explications précises exprimées par M. Gagan GUPTA, la mission embarquait à bord d'un vol depuis Libreville jusqu'à l'aérodrome de Mouila où un hélicoptère super PUMA les attendait. C'est donc à bord de ce fabuleux engin qu'ils ont survolé les hectares de plantations de palmiers à huile de Mouila et d'Awala.  Le Gabon, territoire couvert à 88% par la forêt bénéficie d'un climat équatorial idéal pour répondre à l'espérance d'une productivité optimale.

Il était nécessaire de clôturer cette journée de découverte par la visite de la Zone Economique Spéciale de NKOK (ZES), située à 27 km de Libreville. Implantée sur 1.126 ha, autonome en eau et en électricité, dotée d'un héliport, de 15 km de voies intérieures, employant 1.500 collaborateurs ... la ZES répond entre autres,  à la volonté des autorités gabonaises d'interdire l'exportation des grumes dans le but de promouvoir la production locale et le développement des compétences des artisans Gabonais et l'industrialisation des process de production, d'accroitre les investissements étrangers et de développer l'exploitation multisectorielle des matières premières gabonaises.

A ce jour, ce sont 95 investisseurs qui, selon les prévisions, sont appelés à générer un chiffre d'affaires d'environ 1.7 milliards $ US/an.

Cette immersion dans le monde de ce géant mondial a démontré l'ampleur de l'impact positif que cette entreprise a sur l'économie Gabonaise  et que l'ensemble de ses réalisations sont dotées des fondamentaux indispensables au respect de valeurs essentielles telles que : la formation, la création d'emplois, l'équipement, le développement d'infrastructures, la préservation de la biodiversité ...

Anne-Marie Jobin

Réunion du 2e trimestre des CCE du Gabon à Sao Tomé

Les CCEF GABON à SAO TOME
 Le comité CCE GABON posant avec M. TROVOADA, Premier Ministre de la République démocratique de Sao Tomé-et-Principe

 

Les CCEF GABON à SAO TOME
 Le comité CCE GABON posant avec M. TROVOADA?

 

Pour la réunion du 2e trimestre de notre comité, les CCE du Gabon se sont déplacés à Sao Tomé où ils ont été très chaleureusement reçus par Monsieur TROVOADA, 1er Ministre de ce bel archipel. Durant plus d’une heure, il a exposé son programme de développement foncier et économique. Le Gouvernement s’emploie à réaliser de nombreux aménagements nécessaires pour convaincre les investisseurs potentiels, à améliorer les infrastructures notamment routières, à simplifier l’accessibilité à l’eau et à l’électricité, à médiatiser les valeurs de Sao Tomé et Principé pour attirer les touristes … D’importants projets comme l’aménagement d’un port en eau profonde et le réaménagement de l’aéroport sont aussi inscrits au calendrier.

Notre Président, M. Didier Lespinas, au nom de notre délégation, a félicité et remercié Monsieur le 1er Ministre pour la précision apportée à tous les sujets abordés. Puis chaque conseiller a été invité à se présenter individuellement et à formuler l’intérêt pour les Sociétés représentées de considérer à sa juste valeur l’invitation officiellement lancée.

Ensuite, les acteurs de la section sont allés visiter un programme immobilier réalisé dans le centre-ville. Guidés par Yuri TROVOADA, ils se sont rendus dans une exploitation de fèves de cacao destinées à l’exportation, ont eu le privilège de traverser l’ile et d’en découvrir sa beauté et ses richesses.

Au cours de l’Assemblée Générale à huis clos, le renouvellement de Didier Lespinas en tant que président du comité des CCE du Gabon a été voté à l’unanimité. Il en fut très chaleureusement félicité.

Anne-Marie JOBIN

Plénière d'ouverture du Forum d'affaires France Afrique de l'Ouest et Centrale

Forum d'affaires France Afrique
Abidjan 28/04/16 Plénière d'ouverture du Forum d'affaires France Afrique de l'Ouest et Centrale

Abidjan 28/04/16 Plénière d'ouverture du Forum d'affaires France Afrique de l'Ouest  et Centrale en présence de Daniel KABLAN DUNCAN 1er Ministre de Côté d'Ivoire, de Matthias FELK Secrétaire d'État chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du Tourisme et des Français de l'étranger, de Pierre GATTAZ Président du MEDEF, de Muriel PENICAUD DG de Business France et de Alain BENTEJAC Président des CCE.

Anne Marie Jobin

Les membres des CCE GABON visitent l’Agence d’Etudes et d’Observation Spatiales au Gabon

Les CCEF GABON à l'AGEOS
13 membres des CCEF ont eu le privilège de visiter l’Agence d’Etudes et d’Observation Spatiales

Vendredi 1er avril, 13 membres des CCE ont eu le privilège de visiter l’Agence d’Etudes et d’Observation Spatiales, l’AGEOS GABON installée dans l’enceinte de la Zone Economique Spéciale (ZES) de N’kok située à une vingtaine de kilomètres de Libreville.

Cette structure fut lancée le 25 février 2010 à l’initiative du Président de la République Gabonaise, pour valoriser « le Gabon Vert et le Gabon des Services ». L’inauguration opérationnelle a été faite en marge du New-York Forum Africa en août 2015 en présence du président gabonais Ali Bongo Ondimba ainsi que de nombreuses personnalités politiques dont la ministre française de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Cette noble institution dispose d’un rayon d’observation de 2 800 km couvrant 23 pays et rencontre l'adhésion de nombreux partenaires internationaux dont Telespazio ainsi que l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) français et l'Institut de Recherche Spatiale brésilien (INPE), partenaires techniques de l'AGEOS.

L’AGEOS est un établissement public à caractère scientifique, technologique et environnemental. L'Agence a pour mission de contribuer à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de collecte, d'analyse et de mise à disposition des données issues de l'observation spatiale du territoire national pour la gestion durable de l'environnement, des ressources naturelles, de l'occupation des sols, de l'aménagement du territoire ainsi que de la recherche et de l'innovation. L’adhésion de nombreux partenaires internationaux confère à l’AGEOS Gabon l’aura qu’elle mérite. L’AGEOS a aussi pour vocation, à titre commercial, de fournir des images précises à tout commanditaire se manifestant.

La caractéristique qui marque de son empreinte l’AGEOS, c’est la jeunesse et le charisme de Monsieur Tanguy GAHOUMA Directeur Général de 33 ans et de son équipe toute aussi jeune, compétente, dynamique et passionnée. Forts de leurs diplômes acquis à l’étranger, ils sont tous ingénieurs voire docteurs scientifiques et dégagent une volonté non dissimulée de servir les intérêts de l’AGEOS et du Gabon.

Les membres des CCE étaient très curieux et l’intérêt qu’ils ont suscité fut largement apprécié par l’ensemble des acteurs de l’AGEOS qui ont souhaité partager une excellente collation d’au revoir.

Anne-Marie JOBIN

 

Visite au Gabon de Mme Ségolène ROYAL

Visite au Gabon les 14 & 15 mars 2016 de Mme Ségolène ROYAL Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie

A l’occasion du dîner offert à la Résidence de France le 14 mars 2016, en présence du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, de la Ministre de la Protection de l’Environnement et des Ressources Naturelles, de la Forêt et de la Mer, du Secrétaire Général de la Présidence et de l’Ambassadeur du Gabon en France, Mme Ségolène ROYAL a souhaité rappeler que beaucoup de choses avaient évolué depuis son dernier passage au Gabon fin août 2015 et notamment à l’occasion de la tenue de la COP21 du 30/11/15 au 12/12/15 à Paris.

En sa qualité de Présidente de la COP 21, elle s’engage dorénavant à contribuer à la réussite de l’après COP.

Son objectif est de s’assurer que les coalitions concrètes qui ont été mises en place  à cette occasion, montent en puissance et que l’accord conclu à Paris, soit signé le 22 avril prochain à New-York comme l’a proposé le Secrétaire Général des Nations Unies ; pour être ratifié après.

Madame Ségolène Royal a indiqué que Le Chef de l’Etat et le Gouvernement français sont particulièrement engagés sur la défense de l’environnement et sur l’urgence à relever le défi climatique.

Elle souligne et constate qu’il y a une véritable communauté d’initiatives africaines pour les Energies Renouvelables et reconnait que l’Afrique a besoin d’un vrai transfert de technologies.

Considérant que le continent africain subit le plus gravement les conséquences du réchauffement climatique alors qu’il n’en est pas responsable. Ségolène ROYAL se dit réellement admirative des contributions des pays africains qui, en substance, sont prêts à renoncer aux énergies fossiles dans l’intérêt de la planète alors que la moitié de la population africaine n’a pas accès à l’électricité. Elle considère avoir l’ardente obligation de permettre à tout citoyen du continent africain de disposer d’un accès à l’électricité.

 

Tel était l’objet de son second déplacement en terre gabonaise.

Elle projette une troisième visite pour multiplier les contacts de terrain, pour être à l'écoute et prendre en compte les attentes des acteurs dans ce domaine.

Elle juge que les contacts directs doivent être favorisés pour optimiser les observations de terrain et nourrir la réflexion afin d’élaborer un rapport sur l’accès de l’Afrique aux Energies Renouvelables.

Seule cette formule lui permettra de faire des propositions sur la façon dont les financements existants peuvent être mobilisés de manière plus rapide donc plus efficace pour être opérationnelle.

En conclusion, elle a  indiqué qu’il était temps de voir les paroles se transformer en actes comme les pays africains l’ont largement souligné lors de la COP21.

 

Didier LESPINAS

FORUM FRANCO-AFRICAIN

 

Le 6 février 2015, les Ministères économiques et Financiers, Paris XII

 

 

Le Forum franco-africain pour une croissance partagée, organisé au ministère de l’Économie et des Finances à Paris le 6 février, a sonné pour la France la mobilisation “de tous les outils publics au service de l’Afrique”. L’occasion aussi de lancer officiellement la fondation Africa France. François Hollande multiplie les rendez-vous avec l’Afrique.  Environ 400 responsables d’entreprises, français et africains, et une quarantaine de ministres ont répondu à l’appel, ainsi que trois présidents de la République : Macky Sall (Sénégal), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) et Ali Bongo (Gabon). François Hollande a réaffirmé l’intérêt de la France pour un continent où commercent et investissent déjà plus de 62 000 entreprises françaises.

- “L’Afrique, c’est notre avenir car c’est là qu’il y a la plus forte progression démographique, la plus forte croissance, le potentiel en ressources le plus élevé. L’Afrique est encore pleine de richesses inexploitées. Nous devons mieux accompagner l’Afrique dans le financement de ses projets”.

- “L’objectif est donc clair en ce qui nous concerne : développer des relations économiques les plus dynamiques possibles, qui soient d’égal à égal, avec l’ensemble de l’Afrique. Pour cela, nous mobilisons tous les outils publics au service de l’Afrique”, a complété Laurent Fabius, le Ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

François Hollande a ainsi annoncé que les réserves du Trésor pour les pays émergents seraient “pleinement ouvertes aux pays africains”. Ces fonds avaient déjà soutenu des projets africains, comme le projet de train à grande vitesse au Maroc. Désormais, “70 % des réserves pour les pays émergents seront consacrés à l’Afrique. Ce qui représente 240 millions d’euros”, a précisé le chef de l’État français. Le soutien aux entreprises exportatrices sera également amplifié. À 800 millions d’euros en 2013, les garanties apportées aux entreprises actives en Afrique par la Coface sont passées à 2 milliards d’euros en 2014 “et elles continueront d’augmenter en 2015”,  Un dispositif qui sera complété par la création d’ici la fin mars d’une nouvelle banque publique pour l’exportation, à travers la Société de financement local (Sfil). Cette offre de refinancement des crédits exports, destinée à soutenir les grands contrats à l’export (supérieurs à 100 millions d’euros), permettra de diminuer d’environ 10 % les coûts de ces crédits.

20 milliards d’euros d’investissements en cinq ans - François Hollande a par ailleurs confirmé deux engagements qu’il avait pris en 2014 auprès des chefs d’État africains : l’Agence française de développement (AFD) investira bien 20 milliards d’euros en Afrique dans les cinq ans et la France débloquera bien 1 milliard d’euros pour financer des projets du continent dans les technologies de l’information et de la communication ainsi que dans la transition énergétique. À quoi s’ajoutent 1 milliard de dollars de la France pour alimenter le fonds vert.

Enfin, la banque publique BPIFrance, filiale de la Caisse des dépôts et de l’État, et Proparco, la filiale de l’AFD pour le financement du secteur privé, vont lancer le fonds Averroès Finance III pour soutenir le capital-investissement sur le continent. Mais pour dynamiser les échanges entre les entreprises françaises et africaines, il faut être deux. Là aussi, François Hollande a fait part de progrès : “En 2014, 300 000 visas de circulation ont été attribués à des investisseurs, des entrepreneurs et des chercheurs africains, ce qui représente une progression de 60 % par rapport à 2012.”

L'agenda du forum

NEW YORK FORUM AFRICA

 

Du 23 au 25 mai 2014 au stade de l'amitié Sino Gabonais - Libreville -Gabon

 

 

 

Le Club France au Gabon rassemble de manière informelle diverses entreprises françaises et franco-gabonaises soucieuses de promouvoir un développement économique respectueux des valeurs sociétales et environnementales au Gabon, en partenariat privilégié avec les Conseillers du Commerce Extérieur de la France, section Gabon.

 

Depuis plus de 115 ans, le Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF) mettent bénévollement leur expérience au service de la présence économique française dans le monde.

 

Quelques informations économiques sur le bilan de ce NYFA 2014

FORUM ECONOMIQUE GABON - MAROC 2014

 

Le 7 mars 2014 au stade de l'amitié Sino Gabonais - Libreville -Gabon

La troisième édition des journées économiques et commerciales maroco-gabonaises vont se dérouler les 7 mars prochain à Libreville. Ce forum, axé sur le thème « Pour un partenariat gagnant-gagnant » vise à renforcer les liens commerciaux entre Libreville et Rabat.

 


Le programme détaillé

SOMMET AFRIQUE - FRANCE


Les 6 et 7 décembre 2013 - Elysée - France

 

 

Au Sommet de l’Élysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique, intervenant lors de la séance à huis clos ‘Partenariat économique et développement’, le président gabonais a défendu la logique du gagnant-gagnant en souhaitant des délocalisations industrielles vers l’Afrique en croissance. Une position qui fait écho à la Déclaration finale fixant l’objectif d’un doublement du volume d’échanges croisés Afrique-France en cinq ans.

 

Déjeuner avec les membres du MEDEF

 

Communiqué de presse de la Présidence de la République Gabonaise

 

Allocution de son Excellence Monsieur Ali Bongo Andimba, Président de la République, Chef de l'Etat à la réunion à huit clos sur le thème "Partenariat Economique et Développement"

 

49ème session du Conseil international des bois tropicaux


Du 25 au 30 novembre à Libreville

La capitale gabonaise accueille 180 représentants des Etats membres du Conseil International des Bois Tropicaux (CIBT). Inaugurée par le Premier Ministre, Raymond Ndong Sima, cette session permet de favoriser l’expansion, l’amélioration et la diversification du commerce d’un matériau devenu un enjeu majeur pour le Gabon.

Les grandes figures mondiales du secteur du bois tropical étaient nombreuses lors de l’ouverture de la 49ème session du Conseil international des bois tropicaux. Les 180 représentants des pays membres du Conseil se retrouvent un an après leur dernière rencontre à Yokohama. C’est la première fois depuis 15 ans que le Gabon organise un tel événement.

Lors de son allocution d’ouverture, Raymond Ndong Sima, Premier Ministre et Chef du gouvernement, a rappelé l'ambition du pays de devenir un leader mondial sur le plan des bois tropicaux certifiés. Aujourd’hui, deux millions d’hectares environ de forêt gabonaise sont certifiés par la norme internationale FSC. Depuis l’entrée en vigueur d’un nouveau traité (AIBT) en 2011, les membres veulent mettre en place les meilleurs outils pour favoriser l’expansion et la diversification du commerce international de bois tropicaux.

Durant six jours, toutes les questions importantes d’actualité seront évoquées : la certification des forêts, la notion de légalité, les services environnementaux ou encore la foresterie communautaire.

Le commerce des bois tropicaux doit se faire dans le respect du développement durable afin de maintenir l’équilibre écologique des forêts tropicales. Voilà un défi vert à la portée du Gabon !

Foire agricole internationale


Du 21 au 27 octobre au Jardin Botanique

On note que plus de 200 exposants y sont attendus à la Foire agricole internationale prévue du 21 au 27 octobre. Deux pays amis, le Maroc et le Rwanda, en seront les invités d’honneur. Peu avant les assises et la Foire agricole, les organisateurs prévoient, pour le démarrage de ces Journées agricoles, la tenue, le 16 octobre, d’une campagne de sensibilisation sur la sécurité sanitaire des aliments, probablement sur l’esplanade de l’hypermarché Casino Mbolo ou à un autre endroit de la capitale gabonaise. Le 68e anniversaire de l’Organisation des Nations-Unies de l’Agriculture et de l’Alimentation (FAO), prévue le 16 octobre également, a été intégré comme l’une des manifestations-phares de ces Journées, au même titre que le 2e Congrès africain de l’Huile de Palme qui a pris ses quartiers à l’hôtel Méridien Ré-Ndama du 17 au 19 octobre.

Après les Etats Généraux de l’Education, le Forum national sur l’Industrie et le Forum national sur l’Emploi, le gouvernement organise autour de ces journées agricoles une réflexion sur le nouveau modèle agricole gabonais.

Forum national d'emploi à Libreville


Du 17 au 19 octobre au stade de l'amitié Sino Gabonais


Le forum de trois jours rassemble une centaine d'entreprises. 600 responsables des ressources humaines issus d'une centaine entreprises se mobilisent en s'installant au stade d'amitié sino- gabonaise. Les demandeurs d'emplois auront l'opportunité d'entrer en contact avec différentes agences.

Selon le ministre gabonais en charge de l'économie et de l'emploi Luc Oyoubi, cette réflexion doit déboucher sur des propositions concrètes.

Selon une enquête menée en 2010 par la direction générale des ressources humaines, la courbe d'évolution du chômage au Gabon se situait à un taux de 20% en général, mais à 35% chez les jeunes.

Forum national de télécommunication


Du 4 au 6 octobre à Gabon Expo


L'Agence de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) et l'Assemble des régulateurs des télécommunications d'Afrique centrale (Artac), organisent depuis vendredi à Libreville la 1ère édition du Forum national de Télécommunication.

Ce grand rendez vous, qui tourne au tour du thème "Le client au centre des préoccupations des opérateurs", regroupe tous les professionnels du secteur des télécommunications du Gabon, à savoir les opérateurs, les fournisseurs, les distributeurs et les associations de communicateurs gabonais.

Selon les organisateurs, ses assisses visent à vulgariser les télécommunications au Gabon, en offrant un accès plus large et à moindre coût aux populations les plus reculées  du pays, par un baisse des tarifaires. Les réflexions seront particulièrement focalisées sur cet objectif.

Le Forum offrira un espace pour les débats entre les professionnels du secteur, ainsi que des tables rondes  sur les questions de l'heure.

Trois jours durant, les consommateurs jouiront de la quasi- gratuité des services internet et téléphonique des opérateurs qui vont occuper des stands, afin de commercialiser leurs produits à des prix réduits.

Au Gabon, ces deux dernières années, les opérateurs de téléphonie mobile ont consenti des baisses de prix de près de 70%. La persévérance de l'autorité de régularisation a permis d'appuyer cette tolérance qui devrait se prolonger dans les prochains mois.

Pour le ministre gabonais de la Communication, Blaise Louembé, qui préside les travaux, "le véritable développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication doit se faire grâce à la mise en oeuvre d'une infrastructure haut débit en fibre optique sur l'ensemble du territoire national, et à l'introduction de la téléphonie de 3é génération 3G".

Cette rencontre permettra de faire une étude sur l' interconnexion des pays de l'Afrique centrale, avec des liaisons à haut débit en fibre optique.